Marc Denault préoccupé par le projet de la loi 122

MARC DENAULT PRÉOCCUPÉ PAR LE PROJET DE LOI 122

Le projet de Loi 122 que s’apprête à adopter le gouvernement du Québec me préoccupe particulièrement en ce qui concerne les nouvelles dispositions prévues en matière de zonage.

Effectivement, le gouvernement permettra aux municipalités de désigner des zones de requalification dans son plan d’urbanisme à des fins de rénovation urbaine, de réhabilitation ou de densification. Ce qui est très préoccupant, repose dans le fait que les zones délimitées de requalification ne seront plus assujetties à l’approbation référendaire. A titre d’exemple dès que le conseil municipal aura désigné une zone de requalification pour la densifier, les citoyens ne pourront s’objecter.

Cette disposition du projet de Loi m’inquiète pour certains acquis de nos concitoyens tels que :  l’avenir du terrain club de golf de Sherbrooke, les berges de la rivières Magog et celles du Lac des Nations.

J’ai l’intention ferme de suivre ce dossier de très près. À mon avis, le conseil municipal devrait adopter une résolution pour réaffirmer la vocation des zones récréatives mentionnées au paragraphe précédent, afin qu’elle ne puisse faire l’objet d’une nouvelle désignation en zone de requalification.

Par ailleurs, le projet de Loi 122 comporte plusieurs dispositions avantageuses pour les municipalités et marque la volonté du gouvernement d’accroître l’autonomie de celles-ci. Par mon rôle de président du comité de Sécurité publique je me réjouis de la disposition qui permettra dorénavant aux municipalités de limiter la vitesse des automobilistes dans les rues sans avoir à demander l’autorisation au ministère.